Des notaires espagnols bloggeurs : www.notariosenred.com

Publié dans: Actualités nationales

image name

Fournir des informations et donner des conseils utiles, clairs et brefs est l’objectif qui a mené le Conseil général du Notariat espagnol à créer notariosenred.com, un blog regroupant 16 notaires espagnols afin de clarifier les doutes des citoyens par rapport aux questions de grande importance dans leur vie quotidienne qui nécessitent une intervention notariale.

Ils ont un compte Twiter, ils utilisent WhatsApp, ce sont des lecteurs fervents de la presse électronique et des suiveurs des leaders d’opinion sur les réseaux sociaux. Ils sont 12 hommes et 4 femmes, notaires dans des villes espagnoles de différentes tailles et situations. Dans leurs billets de blog – relatant leurs propres expériences en utilisant un ton très personnel – ils veulent contribuer à mettre en exergue un aspect clé de la fonction notariale qui n’est pas suffisamment connu : celui de donner un conseil gratuit et impartial.

www.notariosenred.com abordera des questions telles que se marier sous un régime de communauté ou de séparation des biens, protéger un enfant dépendant juridiquement et financièrement, faire un don ou rédiger un testament, faire un emprunt ou créer une entreprise. « Avant de serrer le nœud avec la banque, demandez au notaire », « Nous sommes fiancés » et « Et pourquoi dois-je signer un acte ? » sont quelques titres pris de la première série des contributions, révélant déjà l’essence et le style de communication de ce groupe de notaires blogueurs.

Par exemple, un notaire de Molina de Aragón (Guadalajara) partage sa propre expérience dans « Nous sommes fiancés… » et parle des couples cohabitants. Il s’avère qu’afin de « s’assurer » que sa compagne l’attende pendant qu’il préparait son concours pour la fonction publique, ils sont devenus cohabitants légaux, « prenant un pas en avant pour être un peu plus que fiancés mais un peu moins que mariés ». Dans son billet, il rapporte que presque toutes les Communautés autonomes espagnoles ont leurs propres règles sur la cohabitation et qu’en général il faut prouver avoir vécu ensemble pendant une certaine période, ou avoir des enfants en commun, qu’on ne soit pas lié en mariage à quelqu’un d’autre ,etc. Mais Amador a été pris par d’autres doutes : et si on achète un appartement, et si on a des enfants, et si l’un des deux décède… ? Il nous raconte que son coach notarial lui a conseillé d’établir certaines règles et de réguler les dépenses communes, les salaires, les questions liées aux enfants et à la succession. « Il a tout mis dans l’acte qui a mené à mon statut de cohabitation ».

Notarios en red: www.notariosenred.com (en espagnol)